accueil favoris newsletter 
l'information professionnelle des progiciels de gestion intégrés
ACTUALITES RUBRIQUES INTERVIEWS NEWSLETTERS OUTILS INSCRIPTIONS A PROPOS
 
 
DEPECHES    
Mike Ettling devient PDG de Unit4
17/04/2019 Il y avait longtemps que les dirigeants de l'éditeur néerlandais n'avaient pas bougé. On ne pourra plus le dire : Mike Ettling remplace Stephan Sieber au poste de président directeur général.
Unit4 rachète Intuo
10/04/2019 Ce rachat permettra à l'éditeur néerlandais d'intégrer une solution en cloud de HCM (Human Capital Management) et ainsi d'aider les entreprises du secteur des services à mieux accompagner leurs collaborateurs.
Internet des objets : des cloud reliés les uns aux autres
09/04/2019 SAP et T-Systems connectent leurs plates-formes cloud aux appareils et capteurs de réseau. Cela permet aux clients d'intégrer de manière transparente les données IoT dans leurs systèmes SAP.
Syntec Numérique se demande où est passé le numérique
09/04/2019 Alors que la campagne des européennes bat son plein, le numérique semble absent des débats ; un constat que regrette Syntec Numérique.
easiware acquiert dictanova
09/04/2019 Avec l'acquisition de cette start-up reconnue pour ses compétences de pointe en machine learning et analyse sémantique, easiware consolide son offre et expertise unique en data science appliquée à la relation client et a ...
Infor finalise l'acquisition de ReServe Interactive
08/04/2019 Avec l'acquisition de cette solution 'Sales & Catering', l'éditeur enrichit son expertise dans le secteur de l'hôtellerie.
Eureka Solutions recrute
08/04/2019 L'éditeur du logiciel Eureka ERP annonce l'ouverture de 10 postes de consultants pour intégrer de nouveaux experts au sein de ses équipes techniques et de conseil de Nantes et Mulhouse.
toutes les dépêches
 
DU COTE DES UTILISATEURS    
HighCo dématérialise 100 % de ses factures fournisseurs
08/04/2019 Le Groupe HighCo, société spécialisée dans les solutions marketing intelligentes, pour dématérialiser le traitement de ses factures fournisseurs, utilise les solutions d'Esker ; ce projet s'inscrit dans sa stratégie de t ...
Bricoman consolide ses ventes en ligne
23/03/2019 L'éditeur d'un moteur de recherche de nouvelle génération dédié aux acteurs du e-commerce Sensefuel annonce accompagne Bricoman dans l'amélioration de ses ventes en ligne au travers d'une recherche performante et intelli ...
tous les témoignages
 
COMMUNIQUES DE PRESSE    
HighCo dématérialise 100% de ses factures fournisseurs avec Esker
08/04/2019 Esker, un des principaux éditeurs mondiaux de solutions de dématérialisation des documents, a été choisi par le Groupe HighCo, société spécialisée dans les solutions marketing intelligentes, pour déma ...
Sans ERP : commandes fournisseur code barre Kanban par l'opérateur
04/02/2019 Avec un terminal code-barre durci (WinCe, Android) ou un simple smartphone Android, permettez à vos opérateurs de passer commande de réapprovisionnement matières directement au fournisseur depuis leur ...
Ça bouge chez CalvaEDI, la filiale d’Esker spécialisée dans l’Echange de Données Informatisé (EDI)
04/02/2019 Esker, un des principaux éditeurs mondiaux de solutions de dématérialisation des documents, annonce le changement de gouvernance et l’emménagement dans de nouveaux locaux de sa filiale CalvaEDI, spéci ...
tous les communiqués
 
 
Dépêches    
La CNIL prononce une sanction de 50 millions d'euros à l'encontre de Google
 
21/01/2019 :: La formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction record de 50 millions d'euros à l'encontre de la société Google LLC en application du RGPD pour manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour la personnalisation de la publicité.

Les 25 et 28 mai 2018, la Commission nationale de l'informatique et des libertés a reçu des plaintes collectives des associations None Of Your Business ("NOYB") et La Quadrature du Net ("LQDN"). LQDN était mandatée par près de 10 000 personnes pour saisir la CNIL. Dans ces deux plaintes, les associations reprochaient à Google de ne pas disposer d'une base juridique valable pour traiter les données personnelles des utilisateurs de ses services, notamment à des fins de personnalisation de la publicité.

La CNIL a immédiatement commencé à instruire ces plaintes. Par ailleurs, le 1er juin 2018, conformément aux dispositions relatives à la coopération européenne fixées par le RGPD, la CNIL a soumis ces deux plaintes à ses homologues européens pour vérifier si elle était compétente pour les traiter. En effet, le RGPD institue un mécanisme de "guichet unique" qui prévoit qu'un organisme établi dans l'Union européenne doit avoir pour seule interlocutrice l'autorité du pays où est situé son "établissement principal". Cette autorité de protection fait alors office d'autorité "chef de file". Elle doit à ce titre, avant de prendre une décision, se coordonner avec les autres autorités nationales de protection des données.

En l'espèce, les échanges avec les autres autorités, notamment l'autorité de protection irlandaise où se situe le siège européen de Google, n'ont pas permis de considérer que Google disposait d'un établissement principal dans l'Union européenne. En effet, à la date à laquelle la CNIL a entrepris ses poursuites, l'établissement irlandais ne disposait pas d'un pouvoir de décision sur les traitements mis en œuvre dans le cadre du système d'exploitation Android et des services fournis par Google LLC en lien avec la création d'un compte utilisateur lors de la configuration d'un téléphone mobile.

Le système dit du "guichet unique" n'étant pas applicable, la CNIL, au même titre que toutes les autres autorités de protection de l'Union, était dès lors compétente pour prendre des décisions concernant les traitements mis en œuvre par Google LLC. Elle l'a fait en appliquant le nouveau cadre européen tel qu'il a été interprété par l'ensemble des autorités européennes dans des lignes directrices du Comité européen de protection des données.

Afin d'instruire les plaintes dont elle était saisie, la CNIL a procédé en septembre 2018 à un contrôle en ligne. L'objectif était de vérifier la conformité à la loi informatique et libertés et au RGPD des traitements de données personnelles réalisés par Google, en analysant le parcours d'un utilisateur et les documents auxquels il peut avoir accès en créant un compte Google lors de la configuration de son équipement mobile sous Android.

Sur la base des investigations menées, la formation restreinte – chargée de prononcer les sanctions – a constaté deux séries de manquements au RGPD :

- Un manquement aux obligations de transparence et d'information.

Tout d'abord, la formation restreinte relève que les informations fournies par Google ne sont pas aisément accessibles pour les utilisateurs.

En effet, l'architecture générale de l'information choisie par la société ne permet pas de respecter les obligations du Règlement. Des informations essentielles, telles que les finalités pour lesquelles les données sont traitées, la durée de conservation des données ou les catégories de données utilisées pour la personnalisation de la publicité, sont excessivement disséminées dans plusieurs documents, qui comportent des boutons et liens qu'il est nécessaire d'activer pour prendre connaissance d'informations complémentaires. L'information pertinente n'est accessible qu'après plusieurs étapes, impliquant parfois jusqu'à cinq ou six actions. C'est par exemple le cas si un utilisateur veut disposer d'informations complètes sur la collecte de ses informations pour la personnalisation des publicités, ou pour sa géolocalisation.

De même, la formation restreinte constate que les informations délivrées ne sont pas toujours claires et compréhensibles.

Les utilisateurs ne sont pas en mesure de comprendre l'ampleur des traitements mis en place par Google. Or ces traitements sont particulièrement massifs et intrusifs, en raison du nombre de services proposés (une vingtaine), de la quantité et de la nature des données traitées et combinées. En particulier, la formation restreinte constate que les finalités sont décrites de façon trop générique et vague, tout comme les données traitées pour ces différentes finalités. De même, l'information délivrée n'est pas suffisamment claire pour que l'utilisateur comprenne que la base juridique des traitements de personnalisation de la publicité est le consentement et non l'intérêt légitime de la société Google. Enfin, la formation restreinte relève que la durée de conservation de certaines données n'est pas indiquée.

- Un manquement à l'obligation de disposer d'une base légale pour les traitements de personnalisation de la publicité.

La société Google invoque s'appuyer sur le consentement des utilisateurs pour traiter leurs données à des fins de personnalisation de la publicité. Or, la formation restreinte estime que le consentement n'est pas valablement recueilli pour deux raisons.

Tout d'abord, le consentement des utilisateurs n'est pas suffisamment éclairé. L'information sur ces traitements, diluée dans plusieurs documents, ne permet pas à l'utilisateur de prendre conscience de leur ampleur. Par exemple, dans la rubrique dédiée à la "Personnalisation des annonces", il n'est pas possible de prendre connaissance de la pluralité des services, sites, applications impliqués dans ces traitements (Google search, You tube, Google home, Google maps, Playstore, Google photo...) et donc du volume de données traitées et combinées.

Ensuite, la formation restreinte constate que le consentement recueilli n'est pas "spécifique" et "univoque".

Certes, lors de la création d'un compte, l'utilisateur a la possibilité de modifier certains des paramètres associés au compte en cliquant sur le bouton " plus d'options", présent avant le bouton "Créer un compte". Il est notamment possible de paramétrer les modalités d'affichage des annonces personnalisées.

Le RGPD n'est pas pour autant respecté. En effet, non seulement l'utilisateur doit faire la démarche de cliquer sur "plus d'options" pour accéder au paramétrage, mais en plus l'affichage d'annonces personnalisées est pré-coché par défaut. Or le consentement n'est "univoque", comme l'exige le RGPD, qu'à la condition que l'utilisateur effectue un acte positif (cocher une case non précochée par exemple). Enfin, avant de créer son compte, l'utilisateur est invité à cocher les cases "j'accepte les conditions d'utilisation de Google" et "j'accepte que mes informations soient utilisées telles que décrit ci-dessus et détaillées dans les règles de confidentialité" pour pouvoir créer son compte. Un tel procédé conduit l'utilisateur à consentir en bloc, pour toutes les finalités poursuivies par Google sur la base de cet accord (personnalisation de la publicité, reconnaissance vocale, etc.). Or, le consentement n'est "spécifique", comme l'exige le RGPD, qu'à la condition qu'il soit donné de manière distincte pour chaque finalité.

La sanction prononcée par la formation restreinte et sa publicité
La formation restreinte condamne la société Google à une amende de 50 millions d'euros rendue publique.

C'est la première fois que la CNIL fait application des nouveaux plafonds de sanctions prévus par le RGPD. Le montant retenu, ainsi que la publicité de l'amende, se justifient d'abord par la gravité des manquements constatés, qui concernent des principes essentiels du RGPD : la transparence, l'information et le consentement.

Malgré les mesures mises en œuvre par Google (documentation et outils de paramétrage), les manquements constatés privent les utilisateurs de garanties fondamentales concernant des traitements pouvant révéler des pans entiers de leur vie privée, car reposant sur un volume considérable de données, une grande variété de services et des possibilités de combinaison de données quasi-illimitées. La formation restreinte rappelle que l'ampleur des traitements en cause impose de permettre aux utilisateurs de garder la maîtrise de leurs données et donc de suffisamment les informer et de les mettre en situation de consentir valablement.

En outre, les manquements retenus perdurent à ce jour et sont des violations continues du Règlement. Il ne s'agit pas d'un manquement ponctuel, délimité dans le temps.

Enfin, compte tenu de la place prépondérante qu'occupe le système d'exploitation Android sur le marché français, ce sont chaque jour des milliers de Français qui procèdent à la création d'un compte Google à l'occasion de l'utilisation de leur ordiphone. De même, la formation restreinte rappelle que le modèle économique de la société repose en partie sur la personnalisation de la publicité. Une responsabilité toute particulière incombe dès lors à la société dans le respect de ses obligations en la matière.

 
RECHERCHE    
 
TRADUCTION
...
 
OUTILS    
Inscription Newsletter    
Deux éditions mensuelles gratuites
Inscription Annuaire    
L'annuaire des pros
Publicité    
20000 visiteurs par mois
 
ANNUAIRE  
E-LEARNING Lyon
Fitnet Manager
EXACT France
MISSLER SOFTWARE
CXP Group
SILOG
INCWO
VARIOPOSITIF
SYXPERIANE
VAISONET
VERYSWING
ATHENEO by Mismo
FITNET MANAGER
VERO Software
tout l'annuaire
 
TRIBUNE LIBRE
Les objets connectés sont les chevaux de Troie de notre époque
08/04/2019 Pourquoi les appareils IoT représentent-ils toujours un énorme marché malgré leurs failles de sécurité béantes ? Parce qu'ils sont vendus sans avertissement sur les risques potentiels.
La donnée, c’est de l’argent ou comment gérer les Dark Data dans les services financiers
26/03/2019 La donnée est reconnue pour être l’une des ressources les plus précieuses pour les entreprises. Pourtant, même une donnée peut perdre de sa valeur. Tout comme la monnaie, elle change et évolue constamment avec l’appariti ...
toutes les tribunes libres
 
 
FOCUS ENTREPRISE    
Salons Solutions
 
1er, 2 & 3 octobre 2019 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 2.2 EXPOSITION, CONFÉRENCES, ATELIERS ERP, CRM, BI, E-ACHATS, DEMATERIALISATION, ARCHIVAGE EN LIGNE, SDN/INFOTODOC, SERVEURS & APPLICATIONS Les prochains Salons Solutions vont regr ...
fiche complète de l'entreprise
 
 
erp-infos.com - copyright groupe solutions 2019 - tous droits réservés
Articles
Un nouvel ERP dans l...
Infor : ERP cloud et...
Toute la puissance d...
HighCo dématérialise...
Les objets connectés...
Premières annonces d...
Divalto se dote d'un...
Dépêches
Mike Ettling devient...
Unit4 rachète Intuo...
Internet des objets ...
Syntec Numérique se ...
easiware acquiert di...
Infor finalise l'acq...
Eureka Solutions rec...
Communiqués de presse
HighCo dématérialise...
Ça bouge chez CalvaE...
Sans ERP : commandes...
Esker certifiée poin...
Hays passe à 2/3 de ...
Esker nommée dans le...
11ème édition du For...
Evénements
Salons Solutions 201...
Web-Conférence / Dém...
28/11 Aix-en-P: 5 in...
WorkPLan au salon so...
Promotion vente lice...
Application mobile e...
Afterwork - Piloter ...
erp-infos.com
inscription newsletter
inscription annuaire
qui sommes-nous ?
contacts
publicité
tarifs & conditions
mentions légales
Les autres sites Infopro
E-learning-infos
ERP-infos
Intranet-infos
Eachats-infos
Phonethik