accueil favoris newsletter 
l'information professionnelle des progiciels de gestion intégrés
ACTUALITES RUBRIQUES INTERVIEWS NEWSLETTERS OUTILS INSCRIPTIONS A PROPOS
 
 
DEPECHES    
SAP décerne à T-Systems le prix du partenaire services 2018
20/02/2018 Filiale du groupe Deutsche Telekom, T-Systems a obtenu le prix du partenaire services de l'année à l'occasion du "Field Kick-Off Meeting" de SAP à Barcelone. Lors de ce rassemblement annuel, plusieurs prix ont été décern ...
DXC Technology devient partenaire IFS
19/02/2018 DXT Technology rejoint le réseau IFS Partner Network pour étendre l'expertise d'IFS en matière de transformation numérique et renforcer son offre de services auprès de ses clients français.
Sage signe la charte de partenariat entre la DGFiP et les éditeurs de logiciels de paie
16/02/2018 Le prélèvement à la source entrera en vigueur le 1er janvier 2019. La France adoptera le même mode de prélèvement que la plupart de ses voisins européens, comme l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique ou ...
Accord entre Infor et Integration Point
16/02/2018 Ensemble, les deux éditeurs proposeront un réseau global en matière de conformité, de visibilité et d'exécution de la chaîne logistique, ainsi que de financement des activités commerciales.
Sage et le Moovjee réalisent une opération de coaching
13/02/2018 L'éditeur ouvre ses portes aux jeunes entrepreneurs de l'association Moovjee (mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs), qui est partenaire dans le cadre de la Sage Foundation depuis plus de 5 ans.
Des comportements illégaux et contraires à l'éthique répandus dans les PME européennes
13/02/2018 Une étude récente publiée par BSA - The Software Alliance révèle qu'environ un cinquième (15 %) des employés des petites et moyennes entreprises (PME) en Europe ont connaissance de pratiques illégales ou contraires à l'é ...
Workday annonce la création d'un fond d'investissement
13/02/2018 250 millions de dollars seront ainsi dédiés au développement de nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle, le machine learning, la blockchain et la réalité virtuelle.
toutes les dépêches
 
DU COTE DES UTILISATEURS    
Heineken Espagne divise par 5 le temps de traitement de ses commandes
13/02/2018 Esker a été choisi par Heineken Espagne, groupe leader sur le marché de la bière et du cidre avec les marques Heineken, Cruzcampo, Amstel et Buckler, pour l'automatisation de ses processus de gestion de commandes clients ...
Irati International en pleine croissance
31/01/2018 Irati International conçoit et fabrique en marque blanche, des compléments alimentaires pour les plus grandes marques, en s'appuyant, pour gérer toute son activité de la conception à la livraison, sur la suite logicielle ...
tous les témoignages
 
COMMUNIQUES DE PRESSE    
IPC Global Solutions optimise et accélère le traitement de ses commandes grâce à Esker
19/02/2018 IPC Global Solutions fabricant et distributeur de filtres et balais d’essuie-glace pour les industriels du marché automobile, a choisi Esker pour automatiser le traitement de ses commandes clients de ...
HEINEKEN Espagne divise par 5 le temps de traitement de ses commandes et améliore son service client grâce à Esker
12/02/2018 Esker a été choisi par HEINEKEN Espagne, groupe leader sur le marché de la bière et du cidre avec les marques HEINEKEN®, Cruzcampo, Amstel et Buckler, pour l’automatisation de ses processus de gestion ...
ADEO Services confie à Esker la dématérialisation de ses factures fournisseurs
05/02/2018 ADEO Services, société de services des enseignes du Groupe ADEO (Leroy Merlin, Weldom, Bricoman, Zodio…) a fait le choix d’Esker pour dématérialiser ses 25 000 factures fournisseurs frais généraux ann ...
tous les communiqués
 
 
Articles    
Vers toujours plus de juridique
 
28/08/2017 :: Entre les cyberattaques comme WannaCry et Petya, qui ont défié les SI à quelques semaines d'intervalle, les implications de le RGPD, qui entre en application le 25 mai 2018, le cloud et les litiges plus classiques, les occasions pour les entreprises d'ester en justice se multiplient dans le domaines de l'IT. Mais ont-elles toujours les moyens de le faire ?

Tarification, licences, partenariats, implémentation et intégration, concurrence, fusions/acquisitions, clauses de non concurrence, droits d'auteurs, réglementation, assurances... la liste des sujets pouvant potentiellement mener à une action en justice dans le monde de l'IT est longue. À celle-ci il convient d'ajouter désormais les vols de données, ransomwares et autres attaques malveillantes et la protection des données privées.

Si ce dernier sujet était déjà sensible, il le deviendra encore plus lorsque le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données ou GDPR en anglais, pour General Data Protection Regulation) sera entré en vigueur, à la fin du printemps prochain. Il ne s'agit pas là d'un règlement européen, duquel on s'accommodera plus ou moins, mais d'une vraie loi contraignante et pouvant être lourde de conséquences pour les entreprises, avec à la clé des amendes d'un maximum de 4 % du chiffre d'affaires mondial annuel.

La première des questions clés à se poser pour l'entreprise concerne son niveau de maturité par rapport à la protection des données personnelles et leur gouvernance. CXP Group a publié en mai 2017 un rapport intitulé "La maturité des entreprises françaises face à la cyberconformité", issu d'une enquête menée en février dernier auprès de 265 responsables d'organisations de plus de 500 personnes ou traitant un réseau de plus de 10 000 clients (DSI, DAF, directions générales, et directions digitales).

Concernant toutes les mises en conformité (loi de programmation militaire, directive révisée concernant les services de paiement (DSP2), loi sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dite loi Sapin 2 etc.) et pas uniquement celle par rapport au RGPD, ce rapport montre que les directions générales ont pris conscience des risques et des enjeux stratégiques de la mise en conformité, mais un effort reste à faire du côté des directions fonctionnelles. Plus de 70 % des organisations ont inscrit des actions au budget 2017, essentiellement pour les phases d'étude et d'état des lieux en amont des projets qui seront plutôt inscrits au budget 2018. 34 % des répondants déclarent avoir commencé à étudier le sujet ou à évaluer les risques et 23 % déclarent avoir démarré une démarche de mise en conformité. Ils sont 14 % à avoir établi une charte de protection des données personnelles. Seul 11 % déclarent n'avoir rien entrepris et que ce n'est pas prévu. Le rapport souligne que le risque de non-conformité semble globalement sous-évalué (sauf dans les secteurs traditionnellement réglementés, comme les services financiers).


Après cette évaluation, l'entreprise devra lister les données concernées (les données personnelles représentent généralement de l'ordre de 7 à 10 % de toutes les données, sauf métier particulier) et cartographier les différents traitements qu'elle effectue à des fins commerciales, marketing ou industrielles au travers d'un audit pour évaluer le chemin restant à parcourir. La nomination d'un DPO (Data Protection Officer ou DPD – Délégué à la protection des données), qui travaille en étroite collaboration avec le RSSI (Responsable de la Sécurité du SI) et qui sera le garant de la conformité au RGPD est un passage quasi-obligé, si l'on en croit les analystes et observateurs du marché, qui s'accordent tous là-dessus.

Puis vient le temps de la définition des procédures et mesures à prendre et de leur mise en place. C'est à ce stade qu'interviennent les services juridiques, en support de la DSI pour la mise en place des procédures. Les cabinets de conseil, cabinets d'avocats spécialisé et autres spécialistes ne s'y sont pas trompés : tous proposent des journées d'information et de formation sur le sujet. Il faudra également sensibiliser les directions métiers au sujet et ses implications. Enfin, un nouvel audit sera nécessaire pour s'assurer de la validité des mesures prises, avant le passage éventuel de l'autorité de contrôle.

D'une façon plus générale, les aspects légaux et judiciaires de l'IT se développent et il faudra bien que le DSI les prenne en compte. Comme l'indiquait Max Schrems, étudiant en droit autrichien devenu célèbre pour avoir gagné un procès contre Facebook pour violation du droit de l'UE dans le domaine de la protection des données privées et le transfert de données personnelles à la NSA dans le cadre du programme PRISM, lors de son intervention à la Cloud Week Paris, "il faut s'attendre à voir émerger de plus en plus de problèmes légaux et de moins en moins de problèmes techniques".

Tribunal ? Pas forcément

Il existe des solutions alternatives aux tribunaux pour la résolution des litiges dans le secteur des nouvelles technologies. En début d'année, nous évoquions l'arbitrage dans nos colonnes et la solution proposée par la société eJust (voir Une clause pour un règlement accéléré des litiges). Le cabinet d'avocats international Pinsent Masons a récemment organisé une table ronde sur le sujet réunissant acteurs (SFR, Paypal, Fujitsu, Thales, Airbus...), conseils spécialisés (membre du cabinet d'avocats Pinsent Masons, dont Annabelle Richard, Mélina Wolman et David McIlwaine) et médiateurs (Sophie Henry, déléguée générale du CMAP (Centre de Médiation et d'Arbitrage de Paris) et Jérôme Richardot, médiateur au CMAP). Une étude internationale du cabinet, menée en partenariat avec l'université Queen Mary de Londres auprès de 343 professionnels du droit, servait de support à cette table ronde.

Il en ressort que les litiges IT les plus fréquents sont ceux concernant la propriété intellectuelle, la collaboration, les licences et les développements. Il semble aussi que l'arbitrage international soit aujourd'hui le mécanisme de règlement des conflits le plus utilisé (81 % des répondants à l'étude estiment même que le nombre de recours à l'arbitrage va croître). Malgré cela, le nombre de litiges soumis aux juges est en constante augmentation, ce qui corrobore l'affirmation de Max Schrems, même si la médiation suscite de plus en plus d'intérêt : l'intervention d'un médiateur extérieur, impartial et indépendant, est de nature à rassurer les parties.

Il apparaît que la plupart des entreprises encouragent largement le recours à la médiation, processus peu coûteux et plus rapide qu'un contentieux judiciaire, permettant d'anticiper les risques financiers. En outre, la médiation permet à chacun de sortir du litige "la tête haute" et évite une décision de justice qui pourrait être rendue publique : c'est une solution gagnant/gagnant. Il existe aujourd'hui des médiateurs de plus en plus spécialisés, ce qui n'était pas le cas il y a encore quelques années, aux débuts de l'existence de ce système.

Mais les contentieux judiciaires ont encore de beaux jours devant eux : selon l'étude, 43 % des personnes interrogées ont une préférence pour l'arbitrage et 40 % pour la médiation. Mais elles sont 44 % à toujours recourir au contentieux judiciaire, pour diverses raisons allant de l'absence de clause de médiation ou d'arbitrage à des freins purement psychologiques ou à de la résistance au changement. Et pourtant, dans le contexte actuel propice au développement de conflits dans le secteur IT, il y a un réel besoin d'anticiper les risque de manière plus prédictive.

Benoît Herr

 
RECHERCHE    
 
TRADUCTION
...
 
OUTILS    
Inscription Newsletter    
Deux éditions mensuelles gratuites
Inscription Annuaire    
L'annuaire des pros
Publicité    
20000 visiteurs par mois
 
ANNUAIRE  
EXACT France
MISSLER SOFTWARE
CXP Group
SILOG
INCWO
VARIOPOSITIF
SYXPERIANE
VAISONET
VERYSWING
ATHENEO by Mismo
FITNET MANAGER
VERO Software
SHORTWAYS
GROUPE COGESER
tout l'annuaire
 
TRIBUNE LIBRE
Transformation numérique et gestion du changement : 5 questions clés pour mieux gérer les projets
14/02/2018 "La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent". Il est difficile de dire mieux qu'Albert Einstein. L'ère de l'information dicte de nouvelles règles du jeu. Les outils di ...
Les fausses données envahissent les entreprises
13/02/2018 Une étude de l'entreprise de Dell Technologies RSA révèle que les consommateurs français falsifient intentionnellement leurs données personnelles en ligne.
toutes les tribunes libres
 
 
FOCUS ENTREPRISE    
Salons Solutions
 
24, 25 & 26 septembre 2018 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 2.2 EXPOSITION, CONFÉRENCES, ATELIERS ERP, CRM, BI, E-ACHATS, DEMATERIALISATION, ARCHIVAGE EN LIGNE, SDN/INFOTODOC, SERVEURS & APPLICATIONS Les prochains Salons Solutions vont r ...
fiche complète de l'entreprise
 
 
erp-infos.com - copyright groupe solutions 2018 - tous droits réservés
Articles
Un ERP de production...
Une charte éthique e...
Transformation numér...
Heineken Espagne div...
Les fausses données ...
Internet des objets ...
Six tendances clés d...
Dépêches
SAP décerne à T-Syst...
DXC Technology devie...
Sage signe la charte...
Accord entre Infor e...
Sage et le Moovjee r...
Des comportements il...
Workday annonce la c...
Communiqués de presse
IPC Global Solutions...
HEINEKEN Espagne div...
...
...
...
ADEO Services confie...
Le Groupe Novatech c...
Evénements
Web-Conférence / Dém...
28/11 Aix-en-P: 5 in...
WorkPLan au salon so...
Promotion vente lice...
Application mobile e...
Afterwork - Piloter ...
Universités d'été 20...
erp-infos.com
inscription newsletter
inscription annuaire
qui sommes-nous ?
contacts
publicité
tarifs & conditions
mentions légales
Les autres sites Infopro
E-learning-infos
ERP-infos
Intranet-infos
Eachats-infos
Phonethik