accueil favoris newsletter 
l'information professionnelle des progiciels de gestion intégrés
ACTUALITES RUBRIQUES INTERVIEWS NEWSLETTERS OUTILS INSCRIPTIONS A PROPOS
 
 
DEPECHES    
Un ami nous a quitté
21/01/2018 C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons la disparition soudaine, à l'âge de 58 ans, de Didier Adriaenssens, gérant et directeur technique de la société ADDPI.
Classement RIS Software LeaderBoard : Cegid en bonne position
17/01/2018 Référence incontournable des logiciels retail, le classement annuel LeaderBoard est réalisé par Retail Info Systems (RIS), l'un des leaders des publications professionnelles destinées au secteur du Retail B2B.
Audaxis devient distributeur Netsuite en France
16/01/2018 Leader en intégration de systèmes d'information pour entreprises, Audaxis élargit la distribution géographique de ses services pour l'offre Netsuite.
Smile acquiert Virtua
15/01/2018 Ce rachat de l'agence digitale suisse Virtua, agence renommée du digital en Suisse romande, est la première opération significative de croissance externe de Smile depuis l'entrée à son capital de la société d'investissem ...
Talentia Software rachète le Suisse Addedo
15/01/2018 Cette annonce s'inscrit dans la volonté de Talentia Software de renforcer sa position sur le marché de la gestion de la performance financière (CPM) et son ambition de devenir un acteur européen incontournable sur ce mar ...
Concur annonce son intégration totale avec la marque SAP
10/01/2018 L'union des deux marques va permettre à SAP Concur, le nouveau nom de Concur, de renforcer sa puissance d'innovation et à poursuivre la simplification continue de la gestion des dépenses d'entreprise.
EBP et Spigao accompagnent les PME du BTP dans leur gestion des appels d'offres
10/01/2018 Les deux éditeurs ont collaboré sur les dernières solutions EBP Bâtiment à travers l'intégration d'une interface de gestion des appels d'offres, qui sera disponible sur EBP Gestion Bâtiment et EBP Expert Bâtiment.
toutes les dépêches
 
DU COTE DES UTILISATEURS    
Octal met sa chaîne logistique dans le cloud
16/01/2018 Le plus grand producteur mondial de feuilles et de résines de polyéthylène téréphtalate (PET) a déployé la plateforme GT Nexus Commerce Network d'Infor dans le cadre d'une démarche de transformation digitale de sa chaîne ...
Le fabricant français de jouets Djeco remplit la hotte du Père Noël
19/12/2017 Noël, ce "temps fort" pour un acteur de jouet, se prépare dès le mois de juillet. La solution WMS BEXT d'Infflux accompagne Djeco, de l'optimisation de son important stock estival aux préparations grand export jusqu'aux ...
tous les témoignages
 
COMMUNIQUES DE PRESSE    
La dématérialisation : recette du succès pour Orientis Gourmet et ses fournisseurs
22/01/2018 Orientis Gourmet, propriétaire des marques Kusmi Tea et Løv Organic a confié à Esker la dématérialisation de ses 12 000 factures fournisseurs annuelles de frais généraux. Entièrement synchronisée avec ...
LifeNet Health choisit Esker pour automatiser la gestion de ses commandes clients
15/01/2018 LifeNet Health, organisme mondial à but non lucratif, leader dans la médecine régénératrice et plus important fournisseur de solutions pour la greffe d’organes au monde, a choisi Esker pour automatise ...
Workplan Solutions ERP, première participation au salon Eurobois
11/01/2018 WorkPLAN, la solution d’ERP et de Gestion de Projets de Vero Software, présentera pour la première fois au salon Eurobois à Lyon Eurexpo, la version 2018 R1 dotée de nombreuses fonctionnalités dédiées ...
tous les communiqués
 
 
Articles    
Gestion des données : gare aux coûts cachés qui minent la rentabilité
 
16/10/2017 :: Conséquences de dysfonctionnements ou d'erreurs humaines, les coûts cachés liés à la gestion des données peuvent être réduits grâce aux outils d'ADM (Applications Data Management). Légers, ils permettent d'agir à deux niveaux : en curatif mais aussi en préventif avec des effets visibles sur le long terme.

Le débat n'est pas nouveau : on parle de coûts cachés liés à la donnée depuis des décennies. Pourtant, le problème reste d'actualité pour les entreprises et un pensum pour le contrôle de gestion chargé d'analyser la rentabilité de l'activité, a fortiori dans un monde du Big Data qui fait croître ces problèmes de façon exponentielle.

De quoi s'agit-il ? Sont désignés comme cachés les coûts dus à des phénomènes non pris en compte dans la comptabilité générale. Dépourvus de dénomination comptable, ils n'ont tout bonnement pas d'existence. Ils forment la fameuse partie immergée de l'iceberg des coûts, difficile à cerner et à chiffrer, mais dont on est sûr qu'elle pèse sur la rentabilité.

Selon l'ISEOR (Université de Lyon), les coûts cachés sont de deux types : il y a ceux effectivement pris en compte mais dilués dans la masse des charges et ceux non pris en compte et qui correspondent à des manques à gagner, désignés comme des coûts d'opportunité. Par opposition, les coûts visibles peuvent être rattachés avec certitude à un événement et sont mesurables.

D'où viennent ces coûts cachés ? Ils sont souvent le fait d'une mauvaise qualité des données injectées manuellement dans le système d'information, entraînant une cascade de conséquences. Pour l'illustrer, observons un cas concret :

La saisie dans l'ERP d'une adresse client erronée ou d'une mauvaise désignation d'article va immanquablement provoquer une erreur de livraison. Au mieux, l'article sera renvoyé, au pire, il sera perdu. Quoi qu'il en soit, l'impact de cette erreur va se propager au-delà de la simple gestion du retour de marchandise : l'entreprise va devoir réexpédier à la bonne adresse (ou changer le produit), remplacer l'article s'il y a eu perte, assumer une sortie de stock qui ne donnera pas lieu à facturation et enfin mettre en branle le service client pour tenter d'éteindre le mécontentement et restaurer la confiance.

Pour chaque erreur de ce type, elle devra acquitter de nouveaux frais de livraison (un coût visible), auxquels vont s'ajouter un sur-temps générateur de sursalaire passé à résoudre le problème, une allocation de ressources consacrées à la régulation des dysfonctionnements – qui ne sont alors plus disponibles pour des activités à valeur ajoutée – une différence d'inventaire, un réapprovisionnement, voire la perte du client. L'addition devient lourde. Surtout quand on sait que les dépenses d'acquisition client sont 3 à 5 fois supérieures à celles consacrées à la rétention. Pour l'entreprise, c'est une réelle perte d'efficacité commerciale. Un phénomène qu'ont souligné les cabinets d'études Gartner et Ventana (cf. "Measuring the Business Value of Data Quality Published", Gartner, 10 October 2011), lesquels ont estimé que les non-atteintes des objectifs commerciaux seraient dûs à 40 % à des mauvaises données. De quoi alimenter quelques tensions entre services internes !

Autre exemple de victime collatérale de la mauvaise qualité des données : les achats. Des données dégradées dans les comptes fournisseurs (au niveau des coordonnées bancaires ou des conditions de paiement par exemple) vont conduire à des retards répétés dans le règlement des factures. En réaction, les fournisseurs peuvent décider de stopper ou retarder les livraisons, réviser leurs conditions de paiement ou privilégier d'autres clients sur un produit innovant de leur gamme. Pour l'entreprise, ce sont là encore autant d'opportunités de ventes perdues. Dans le même temps, l'entreprise s'expose à un risque de fraude sur les paiements, ce qui rend le sujet de la gestion des fournisseurs d'autant plus sensible.

Mener une politique de Data Management curative et préventive

Pour lutter contre ces coûts cachés et redonner de la valeur à la donnée, l'entreprise doit se tourner vers le Data Management. Cette technique consiste à responsabiliser chaque acteur pour la ou les données qu'il ou elle doit renseigner.

Deux solutions s'offrent à elle : lancer un grand chantier informatique, mais qui demande du temps et requiert un ticket d'entrée élevé, avec un fort risque de ne pas atteindre une cible qui aura évolué entre la conception et la livraison. Ou opter pour une approche agile avec des applications plus légères, type ADM. Ces dernières agissent à deux niveaux : immédiatement en curatif, puis en préventif, pour envoyer de manière industrielle dans l'ERP des données correctes dès l'amont et maintenir un bon niveau de qualité dans le temps. Dans une approche ADM, l'entreprise sera en mesure de réaliser des applications "quick win" itératives qui n'auront rien à envier à des projets de grande ampleur.

En mode curatif, l'outil ADM permet aux opérationnels de réaliser des extractions en masse et d'utiliser Excel pour analyser les manquements dans leurs données. Si, par exemple, le problème vient de mauvaises saisies récurrentes d'attributs (poids, emballage...) dans les unités de manutention SAP, le traitement visera à rechercher tous les attributs concernés pour les corriger, ligne par ligne. Dans un second temps, en mode préventif, l'outil sera utilisé pour mettre en place des workflows automatisés, partagés par tous les utilisateurs métier concernés, avec des règles de saisie des données qui éviteront de reproduire les erreurs de saisie. À la clé, une gestion ad hoc des données et des processus métier mieux maîtrisés.

Il restera toujours des coûts liés à de mauvaises données, mais en agissant de manière rapide et systématique pour les identifier et les supprimer, l'entreprise réduira son exposition aux risques. En complément, cette analyse de ses processus lui permettra de trouver des opportunités d'amélioration et de nouveaux gisements de performance.

David Coerchon, Winshuttle

 
RECHERCHE    
 
TRADUCTION
...
 
OUTILS    
Inscription Newsletter    
Deux éditions mensuelles gratuites
Inscription Annuaire    
L'annuaire des pros
Publicité    
20000 visiteurs par mois
 
ANNUAIRE  
EXACT France
MISSLER SOFTWARE
CXP Group
SILOG
INCWO
VARIOPOSITIF
SYXPERIANE
VAISONET
VERYSWING
ATHENEO by Mismo
FITNET MANAGER
VERO Software
SHORTWAYS
GROUPE COGESER
tout l'annuaire
 
TRIBUNE LIBRE
Comment le PLM peut devenir une véritable plate-forme pour l'innovation produit
22/01/2018 La transformation digitale est une mutation majeure pour l'industrie, mais la complexité croissante des produits est une évolution tout aussi décisive.
Quelles tendances pour le CRM en 2018 ?
15/01/2018 Il y a maintenant des années que le CRM ne se borne plus à la simple gestion de la relation client. Cet élargissement du périmètre fonctionnel a d'ailleurs amené nombre d'éditeurs à rebaptiser leurs solutions.
toutes les tribunes libres
 
 
FOCUS ENTREPRISE    
Salons Solutions
 
24, 25 & 26 septembre 2018 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 2.2 EXPOSITION, CONFÉRENCES, ATELIERS ERP, CRM, BI, E-ACHATS, DEMATERIALISATION, ARCHIVAGE EN LIGNE, SDN/INFOTODOC, SERVEURS & APPLICATIONS Les prochains Salons Solutions vont r ...
fiche complète de l'entreprise
 
 
erp-infos.com - copyright groupe solutions 2018 - tous droits réservés
Articles
Comment le PLM peut ...
Vers une Maison du n...
Quels indicateurs de...
Tendances et bonnes ...
Octal met sa chaîne ...
Le secteur manufactu...
Quelles tendances po...
Dépêches
Un ami nous a quitté...
Classement RIS Softw...
Audaxis devient dist...
Smile acquiert Virtu...
Talentia Software ra...
Concur annonce son i...
EBP et Spigao accomp...
Communiqués de presse
La dématérialisation...
LifeNet Health chois...
Workplan Solutions E...
...
Esker USA signe un c...
...
Logistique dans le s...
Evénements
Web-Conférence / Dém...
28/11 Aix-en-P: 5 in...
WorkPLan au salon so...
Promotion vente lice...
Application mobile e...
Afterwork - Piloter ...
Universités d'été 20...
erp-infos.com
inscription newsletter
inscription annuaire
qui sommes-nous ?
contacts
publicité
tarifs & conditions
mentions légales
Les autres sites Infopro
E-learning-infos
ERP-infos
Intranet-infos
Eachats-infos
Phonethik