accueil favoris newsletter 
l'information professionnelle des progiciels de gestion intégrés
ACTUALITES RUBRIQUES INTERVIEWS NEWSLETTERS OUTILS INSCRIPTIONS A PROPOS
 
 
DEPECHES    
L'Open Data franchit un nouveau cap
13/12/2018 Le dernier décret d'application de la loi pour une République numérique portant sur le cadre général de l'ouverture des données publiques, publié le 10 décembre 2018 au journal officiel, vient enrichir le périmètre des d ...
Infor acquiert Alfa-Beta Solutions
11/12/2018 Infor acquiert Alfa-Beta Solutions
Beau succès pour les salons Solutions de Lyon
10/12/2018 Avec 1 802 visiteurs professionnels et 2 100 auditeurs en cumulé pour les conférences et ateliers exposants, l'édition Région Auvergne Rhône Alpes 2018 des salons RH et eLearning Expo et la 1ère édition des sa ...
Un accès gratuit à SAP Cloud Platform pour les partenaires
07/12/2018 Cet accès gratuit pour les partenaires leur donne accès à des services de tests, de démonstrations et de développement. Cette plate-forme ouverte en tant que service (PaaS) constitue un cadre unique pour créer et dévelop ...
Hardis lance une solution de préparation par commande vocale
05/12/2018 Fruit du partenariat signé en 2016 avec Voiteq et nativement intégré à Reflex WMS, ce nouveau module de "voice picking" couvre en standard toutes les procédures de préparation de commandes.
Eurécia intègre une fonctionnalité onboarding à son logiciel SIRH
04/12/2018 Éditeur d'un logiciel 100% Web de ressources humaines, Eurécia annonce le lancement d'une fonctionnalité "Onboarding", mise gratuitement à disposition des utilisateurs du module Portail RH de son logiciel.
Keyrus industrialise ses projets chatbots en lançant sa Bot Factory
04/12/2018 Acteur international dans les domaines de la Data Intelligence, du numérique ainsi que du conseil en management et transformation des entreprises, la société annonce le lancement de la "Bot Factory by Keyrus", une offre ...
toutes les dépêches
 
DU COTE DES UTILISATEURS    
Digit RE Group simplifie ses processus et gagne en efficacité grâce à la signature électronique
04/12/2018 L'un des leaders français dans le secteur des transactions immobilières, Digit RE Group et ses marques Capifrance, Optimhome et Refleximmo ont choisi Universign pour dématérialiser l'étape clé de la signature. Cette tran ...
4murs pilote la robotisation de son entrepôt
29/11/2018 Le spécialiste de la décoration murale et d'intérieur orchestre les opérations de picking, de réapprovisionnement et d'inventaire des 10 robots du système AutoStore implémenté dans l'un de ses entrepôts avec Reflex WMS.
tous les témoignages
 
COMMUNIQUES DE PRESSE    
11ème édition du Forum Annuel des Clients Esker sous le signe de l’Intelligence Artificielle
07/12/2018 Esker a réuni à l’occasion de la 11ème édition du Forum des Clients Esker (FACE), près de 200 clients au Châteauform Les Jardins de Saint Dominique (Paris 7ème) sur le thème de l'Intelligence Artifici ...
Esker renforce sa présence en Asie Pacifique en signant un partenariat avec IBIZ Consulting Services
03/12/2018 Esker, un des principaux éditeurs de solutions d’automatisation des processus basées sur des technologies d’Intelligence Artificielle, annonce la signature d’un partenariat avec IBIZ Consulting Servic ...
Alpes Contrôles s’intègre à Chorus Pro et réduit son DSO* avec le secteur public grâce à Esker
26/11/2018 Esker a été choisi par Alpes Contrôles, organisme de contrôle indépendant qui a pour mission la vérification et le contrôle de la conformité réglementaire dans les secteurs de la Construction et de l’ ...
tous les communiqués
 
 
Articles    
IFS colloque ses clients
 
15/07/2018 :: L'éditeur suédois vient de tenir sa conférence utilisateurs française. L'occasion pour la rédaction de faire le point sur l'adoption de la toute nouvelle version 10 d'IFS applications et sur ce qui nous attend à l'avenir, avec le patron d'IFS Labs, Bas de Vos.

C'est dans un hôtel particulier du XVIème arrondissement de Paris, aussi charmant que discret, que l'éditeur a organisé cette manifestation, en la présence d'une centaine de ses clients. Ceux-ci étaient tous très avides d'en savoir plus sur la toute dernière version d'IFS Applications, qui avait été annoncée le 1er mai dernier lors de la conférence d'Atlanta et que nous vous présentions en détail dès son lancement en France (voir IFS lance une nouvelle version majeure). Au-delà de cette présentation, la journée a aussi été pour les clients l'occasion d'échanger avec les dirigeants français de l'éditeur.

Une version 10 d'ores et déjà adoptée par un certain nombre d'entreprises, à l'instar du groupe aéronautique Lauak : entreprise familiale créée en 1975, elle s'est développée pour devenir aujourd'hui un groupe à dimension européenne, fournisseur de premier et de second rang pour les grands donneurs d'ordre de l'aéronautique, et compte plus de 1 500 collaborateurs répartis sur 6 sites de production, dont un au Portugal. C'est ce dernier, récent, qui va expérimenter IFS Applications 10 avant qu'il ne le soit déployé sur l'ensemble des sites.

"Jusqu'à présent, nous nous appuyions sur un système qui s'apparentait davantage à un outil de GPAO", explique Mikel Charritton, directeur général du groupe Lauak. "Cet outil convivial et permettant une bonne traçabilité a atteint ses limites en raison du volume de données à traiter suite à la croissance du groupe et à l'évolution de son organisation. Après consultation de différentes solutions, notre choix s'est porté sur IFS Applications 10. Ses capacités répondent parfaitement aux spécificités métier de notre activité. Elles vont notamment nous permettre d'accélérer la transformation de notre modèle commercial en assurant de nouveaux services à nos clients et ainsi monter dans la chaîne de valeur dans les prochaines années". Car le site portugais est appelé à devenir une véritable usine 4.0 dans la mesure où automatisation et équipements connectés seront déployés. "Nous profitons de ce changement de solution de gestion pour travailler sur l'harmonisation et la standardisation de nos processus et le partage des bonnes pratiques et sur la création d'une cartographie des processus groupe", précise Mikel Charritton.


Amor Bekrar, président d'IFS France

À La Poste aussi, on a tout récemment opté pour IFS Applications 10, rien moins que pour assurer la logistique de 17 000 points de contact auxquels il faut ajouter 3 000 points de courrier. Le contrat a été signé en décembre 2017 et les décideurs se sont laissés convaincre qu'il valait mieux, pour mener ce projet colossal, attendre la sortie de la nouvelle version, plus riche fonctionnellement et plus connectée. "Il s'agit d'un très gros projet, dans le cadre d'une offre hébergée et managée par notre partenaire DXC", confirme Amor Bekrar, président d'IFS France. "Ce qui est assez significatif, c'est que nous remportons des affaires de cette envergure face à des concurrents comme SAP, Microsoft ou Oracle", se satisfait-il. "Il y a un retour de l'influence des métiers sur les choix IT, avec une certaine ouverture des grands groupes, qui imposent pourtant généralement des éditeurs. Et IFS bénéficie de cette ouverture". La poste travaille donc avec DXC, un géant issu de la fusion de CSC (Computer Sciences Corporation) et de la division Enterprise Services de Hewlett-Packard Enterprise (HPE). Avec Capgemini, Accenture mais aussi Applium, ces entreprises constituent le noyau dur de l'écosystème de partenaires d'IFS, un écosystème volontairement limité en nombre par l'éditeur et qui satisfait aujourd'hui le président de la filiale française, qui précise : "nous ne cherchons pas à avoir un réseau énorme, mais une poignée de partenaires fiables". Il cite également K4U, une division spécialisée du groupe Kardol, qui travaille par ailleurs surtout avec Sage et SAP, "embryonnaire mais prometteur".

La politique de l'éditeur suédois en matière de croissance externe va un peu dans le même sens : "2017 a connu le rachat de Workwave et de mplSystems, des acquisitions destinées à compléter notre offre et non à booster notre CA", rappelle Amor Bekrar. En France, le développement des activités des partenaires a quelque peu grevé le chiffre d'affaires service, ce qui là encore ne déplait pas nécessairement au dirigeant, qui déclare vouloir s'appuyer de plus en plus sur des partenaires et qui ajoute que "nous sommes en croissance depuis 10 ans et avons généré un peu plus de 18 M€ en 2017 et avons dépassé la centaine de collaborateurs en France. Et 68 % de notre CA est du revenu 'produit', c'est-à-dire licence et maintenance".

Quant au SaaS, le premier client en mode réellement SaaS (et non en mode hébergé) devrait démarrer à la rentrée. "L'offre SaaS va plus vite que la demande et manque de segmentation", estime le dirigeant qui refuse toutefois de divulguer le nom de ce client pour l'instant. "En ce qui concerne l'ERP, il faut donner du temps au temps, ce qui est moins le cas pour le CRM ou les RH. C'est pour cela que IFS n'a pas cherché à s'engouffrer dans le SaaS dès le début".

IA, blockchain et réalité augmentée

L'invité vedette de cette journée était Bas de Vos, directeur d'IFS Labs, l'entité de recherche et d'expérimentation de l'éditeur. "IFS investit chaque année plus de 10 % de son CA en R&D et plus de 30 % des collaborateurs IFS travaillent dans la R&D. Nos produits sont développés par plus de 1 000 personnes dans 10 centres dans le monde", explique-t-il en introduction. L'entité IFS Labs est quant à elle beaucoup plus restreinte mais tout aussi disséminée : "je suis moi-même basé à Utrecht, aux Pays-Bas, avec un collègue spécialiste de l'IA. Le noyau dur de mon équipe, qui représente quelque 10 à 15 personnes, est partout dans le monde, mais surtout au Sri Lanka, où nous avons ouvert une représentation en 1997 et où le turnover est de 6 %, ce qui est très bas. Nous collaborons très bien ; ce sont surtout des ingénieurs logiciels, mais avec un état d'esprit d'entrepreneurs, d'indépendants, et qui ont une affinité particulière pour la technologie. Bref, IFS Labs est un peu à part, avec une mentalité de start-up".


Bas de Vos, directeur d'IFS Labs

Sur des projets spécifiques, cette équipe peut être amenée à être élargie : l'objectif d'IFS Labs est de produire le bon produit pour produire plus de valeur, avec une meilleure qualité, le tout avec un déploiement efficace. "Mais nous gardons toujours en mémoire que nous sommes un éditeur de solutions de gestion et non de solutions techniques", note Bas de Vos.

Trois grands domaines sont à l'étude à l'heure actuelle : l'Intelligence Artificielle (IA), la blockchain et la réalité augmentée. Concernant l'IA, Bas de Vos estime "qu'il faut se concentrer sur des applications utiles aujourd'hui et pas dans 25 ans. Dans les années à venir, nous verrons des investissements dans l'interaction homme/machine, la maintenance prédictive et le service. Des investigations sont en cours pour la prise en compte de signaux IoT, mais aussi pour l'automatisation et l'optimisation. "Dans tous ces domaines, IFS mène de la R&D à la fois avec IFS Labs et avec les équipes de développement classiques". Et de préciser qu'il est confiant quant à l'impact social de ces technologies : "depuis la machine à vapeur jusqu'à l'Internet, toutes les technologies nouvelles ont toujours créé plus de jobs qu'elle n'en ont détruit. Pour l'IA, ce sera pareil", estime-t-il.

Aujourd'hui, l'accent est mis sur les chatbots, qui peuvent être internes (avec Aurena bot) ou externes (avec les outils de mplSystems). Là dessus, la commande vocale est en cours d'expérimentation : "nous travaillons avec des 'early adopters' sur la question de ces expérimentations".

Concernant la réalité augmentée, le directeur d'IFS Labs se fait l'apôtre de la réalité mixte, qui se situe entre réalité virtuelle et réalité augmentée. "Elle peut avoir un impact sur la productivité, les marges, la compétitivité, les besoins de talents et au final la satisfaction client", explique-t-il.

C'est par rapport à la blockchain qu'il se montre le plus circonspect : "si la blockchain d'entreprise est la réponse, quelle est la question ?", ironise-t-il. "Son adoption en masse par les entreprises se situe encore à horizon 10 ans, car aujourd'hui la plupart des projets blockchain sont en réalité de conception centralisée et donc il n'y a pas besoin de blockchain".


Une démonstration d'application de la réalité augmentée

La porte n'est toutefois pas fermée : "elle n'est intéressante que si tout le monde y travaille ensemble. Aujourd'hui, les systèmes sont hétérogènes, incomplets, écrits ou oraux, avec de gros volumes, sans réelle standardisation et avec une traçabilité limitée, et donc des coûts très élevés. Mais si on utilise la blockchain sur toute la chaine, depuis, par exemple, la construction de l'avion jusqu'à sa maintenance et son exploitation, chaque entreprise impliquée fonctionne avec son propre SI, mais une fois la tâche réalisée, elle la publie sur la blockchain. Et donc ça conduit à une plus grande confiance, plus de fiabilité et une meilleure utilisation du système.

Mais pour arriver à cela il y a un certain nombre de challenges, qui font que ce n'est pas encore là aujourd'hui. Nous continuons à investiguer sur le sujet, parce qu'à terme ça pourra être intéressant". Quant à savoir si la blockchain présente un danger pour l'ERP, Bas de Vos ne le pense pas, "parce que la majorité des processus continueront à être traités en interne. Seules certaines données sont appelées à être diffusées". 

Benoît Herr

 
RECHERCHE    
 
TRADUCTION
...
 
OUTILS    
Inscription Newsletter    
Deux éditions mensuelles gratuites
Inscription Annuaire    
L'annuaire des pros
Publicité    
20000 visiteurs par mois
 
ANNUAIRE  
E-LEARNING Lyon
Fitnet Manager
EXACT France
MISSLER SOFTWARE
CXP Group
SILOG
INCWO
VARIOPOSITIF
SYXPERIANE
VAISONET
VERYSWING
ATHENEO by Mismo
FITNET MANAGER
VERO Software
tout l'annuaire
 
TRIBUNE LIBRE
92 % des entreprises françaises utilisent encore la facture papier !
05/12/2018 La totalité des projets actuels repose sur la modernisation des systèmes d'information : toute entreprise ou services facturiers qui souhaitent se développer et garantir ses bénéfices doit automatiser ses processus afin ...
Comment améliorer la gestion de sa production dans le monde industriel
05/12/2018 Aujourd'hui, les chefs d'entreprise s'efforcent de déployer des stratégies qui permettent à leur société de réduire les coûts de production et d'amenuiser les risques. Quels sont les moyens efficaces d'automatiser ces st ...
toutes les tribunes libres
 
 
FOCUS ENTREPRISE    
Salons Solutions
 
1er, 2 & 3 octobre 2019 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 2.2 EXPOSITION, CONFÉRENCES, ATELIERS ERP, CRM, BI, E-ACHATS, DEMATERIALISATION, ARCHIVAGE EN LIGNE, SDN/INFOTODOC, SERVEURS & APPLICATIONS Les prochains Salons Solutions vont regr ...
fiche complète de l'entreprise
 
 
erp-infos.com - copyright groupe solutions 2018 - tous droits réservés
Articles
Le Groupe Emplio veu...
92 % des entreprises...
Comment améliorer la...
Digit RE Group simpl...
Seules 5 % des entre...
Les DSI européens à ...
4murs pilote la robo...
Dépêches
L'Open Data franchit...
Infor acquiert Alfa-...
Beau succès pour les...
Un accès gratuit à S...
Hardis lance une sol...
Eurécia intègre une ...
Keyrus industrialise...
Communiqués de presse
11ème édition du For...
Esker renforce sa pr...
Alpes Contrôles s’in...
Éditeurs ERP, faites...
EDF ENR amorce la tr...
Cerapedics choisit l...
TPE: gestion de stoc...
Evénements
Salons Solutions 201...
Web-Conférence / Dém...
28/11 Aix-en-P: 5 in...
WorkPLan au salon so...
Promotion vente lice...
Application mobile e...
Afterwork - Piloter ...
erp-infos.com
inscription newsletter
inscription annuaire
qui sommes-nous ?
contacts
publicité
tarifs & conditions
mentions légales
Les autres sites Infopro
E-learning-infos
ERP-infos
Intranet-infos
Eachats-infos
Phonethik