accueil favoris newsletter 
l'information professionnelle des progiciels de gestion intégrés
ACTUALITES RUBRIQUES INTERVIEWS NEWSLETTERS OUTILS INSCRIPTIONS A PROPOS
 
 
DEPECHES    
Inventy et delaware France annoncent un partenariat
23/05/2019 L'intégrateur SAP delaware a retenu la plate-forme d'Inventy pour accompagner au mieux ses clients dans leurs projets ou démarches de conversion vers SAP S/4HANA.
Lancement de Docuware 7.1
21/05/2019 L'éditeur de solutions GED et workflow annonce la V7.1 de sa solution éponyme. Le principal atout de cette nouvelle version réside dans le traitement automatique des lignes de factures. En outre, la nouvelle licence util ...
La croissance organique du top 10 des ESN en ligne avec le marché
20/05/2019 teknowlogy Group vient de publier son classement 2018 des ESN. Le bilan est plutôt bon : 9 ESN du top 10 ont bénéficié d'une croissance cumulée supérieure à celle du marché, à 5,3 %.
Renaissance Numérique et Syntec Numérique appellent à se saisir de la révolution des données
15/05/2019 Les données rebattent les cartes de notre économie et de notre société et redistribuent les jeux de pouvoirs au sein de nos organisations et entre pays. Mais cette mise en données du monde est une réalité qui n'est pas t ...
Opentext prévoit de nouveaux services de gestion de contenus
15/05/2019 Ces nouveaux services cloud fonctionneront avec SAP Cloud Platform afin d'harmoniser les services de données et de contenus.
delaware présente FAST-VIM
15/05/2019 Intégrateur de solutions SAP sur le marché français, delaware France présente sa solution FAST-VIM (Vendor Invoice Management), une offre permettant aux utilisateurs d'environnements SAP de gérer leurs factures entrantes ...
Unit4 lance des migrations cloud à prix forfaitaire
14/05/2019 Toujours à l'occasion de sa conférence utilisateurs Connect à Amsterdam, Unit4 a annoncé proposer à ses clients des migrations vers le cloud au forfait, pour leur permettre de bénéficier plus rapidement d'une expérience ...
toutes les dépêches
 
DU COTE DES UTILISATEURS    
Nataïs va utiliser la blockchain pour offrir plus de transparence au consommateur
10/05/2019 Grâce à son service de blockchain, SAP, via son CO-Innovation Lab (COIL) et son partenaire STMS, aide le producteur français de popcorn Nataïs, leader européen du maïs à éclater, à numériser sa chaîne d'approvisionnement ...
Le lunetier français Morel se développe à l'international
06/05/2019 Après avoir mis en œuvre la solution Infor M3 Fashion en France et en Suisse l'an dernier, Morel poursuit le déploiement sur l'ensemble de ses filiales afin de garantir un système d'information centralisé, moderne, fiabl ...
tous les témoignages
 
COMMUNIQUES DE PRESSE    
Le Groupe Lapeyre choisit Esker pour digitaliser son cycle Purchase-to-Pay
21/05/2019 Esker, un des principaux éditeurs mondiaux de solutions de dématérialisation des documents, annonce la signature d’un contrat avec le Groupe Lapeyre™, filiale du Groupe Saint-Gobain, spécialisée dans ...
HighCo dématérialise 100% de ses factures fournisseurs avec Esker
08/04/2019 Esker, un des principaux éditeurs mondiaux de solutions de dématérialisation des documents, a été choisi par le Groupe HighCo, société spécialisée dans les solutions marketing intelligentes, pour déma ...
Sans ERP : commandes fournisseur code barre Kanban par l'opérateur
04/02/2019 Avec un terminal code-barre durci (WinCe, Android) ou un simple smartphone Android, permettez à vos opérateurs de passer commande de réapprovisionnement matières directement au fournisseur depuis leur ...
tous les communiqués
 
 
Articles    
Quand le cloud bouscule les modèles économiques
 
15/02/2019 :: Infrastructure, contrats, modes de facturation... le cloud et les innovations logicielles et matérielles modifient plus en profondeur qu'on ne pense les façons de travailler des entreprises. Dans ce contexte, comment optimiser les coûts ? Éléments de réponse avec les invités d'une table ronde du Club de la Presse informatique B2B.

Le cloud, c'est simple : ça fonctionne à l'abonnement, à la consommation, au "pay as you go". Et c'est flexible et s'adapte aux besoins de l'entreprise. De plus, les fournisseurs de cloud n'ont de cesse de vanter les économies réalisées si l'on compare cette technologie au on-premise. Seulement voilà, ça c'est la théorie : à l'instar de ce que nous connaissons tous dans la sphère privée pour nos smartphones, par exemple, un abonnement que l'on n'utilise pas peut rapidement coûter très cher. En outre, si l'élasticité du cloud permet d'absorber les pics de charge il faut s'en servir réellement et ne pas recréer des environnements dimensionnés sur les crêtes, comme au temps du on-premise. De la même façon, le cloud, notamment public, propose de nombreuses fonctions. Il vaut mieux s'en servir plutôt que de recréer ses propres services, sans quoi la sanction est économique.

Toutes ces raisons ont fait apparaitre depuis quelques temps un nouveau "buzzword" : FinOps. FinOps signifie "Financier des Opérations". Il s'agit d'un nouveau métier, une nouvelle mission au sein de l'entreprise, généralement confiée à un nouveau mouton à cinq pattes, un architecte cloud qui serait en même temps contrôleur de gestion et gestionnaire de contrats. Sa mission : surveiller les coûts de ces ressources fluctuantes du cloud, pour qu'ils n'explosent pas d'une période sur l'autre et permettre à l'entreprise d'atteindre les économies qu'elle attend de son passage au cloud.

Une explosion des coûts d'autant plus plausible pour ne pas dire probable que les fournisseurs de cloud ont une fâcheuse tendance à facturer des services supplémentaires, à la multiplication desquels on assiste depuis quelques années, comme par exemple le "load balancing" (ou répartition des charges), ce qui peut certes être utile. Non seulement cela alourdit la facture mais la complique également, la rendant de moins en moins lisible. "Il y a de nombreux services cloud qui ne sont pas forcément toujours utiles", estime Etienne Deneuve, solution architect cloud & DevOp Solutions chez Dell EMC. En effet, alors qu'un DSI, un DAF ou un DG s'attendraient à ce que leur prestation cloud soit forfaitaire, de nombreux "extras" apparaissent sur le document. De fait, les témoignages selon lesquels le cloud serait en réalité plus coûteux, la facturation des fournisseurs bien trop technique et pas si prévisible que cela, surtout sur le long terme, se multiplient. "Il y a de nombreux coûts cachés dans le cloud public et si on y va pour le prix, on fait rapidement machine arrière", poursuit Etienne Deneuve. "Certains clients n'ont que faire des détails et veulent du résultat. Mais d'autres souhaitent savoir ce qui leur est réellement facturé et veulent entrer dans le détail", se défend Frédéric Atlan, group business & partner development manager chez Claranet. "Certaines entreprises fonctionnent encore avec de budgets à 4 ou 5 ans mais veulent profiter des avantages du cloud public. Et là, elles veulent en plus connaître le prix du Go", ajoute James Karuttykaran, director Southern EMEA chez Nutanix. "C'est à la faveur de l'évolution technique qu'on a pu passer dans un modèle d'économie du partage. Mais les entreprises n'avaient pas nécessairement les outils pour évaluer les différentes options", résume Mathilde Saint-Pol Cousteix, chief technology management & financing innovation officer chez Econocom.


Autre aspect des choses, les contrats, leur durée et leur réversibilité. Et aussi leur diversité, car chaque fournisseur propose plusieurs types de contrats. Alors qu'on a vendu le principe de l'abonnement, du paiement à l'usage et de la possibilité de quitter le fournisseur à tout moment aux dirigeants, les voilà engagés contractuellement pour trois ans voire plus, ce qui est pour le moins antinomique. Des contrats le plus souvent négociés par les DSI et les acheteurs, selon les intervenants.

"Quitter le cloud, c'est compliqué", lance Renaud de la Croix, partner financial services chez Accenture. Une réversibilité d'autant plus compliquée que certains fournisseurs enferment les clients dans des technologies propriétaires. AWS par exemple, qui vante les mérites et l'ouverture de ses API, oublie un peu de préciser qu'elles ne fonctionnent que sur sa propre infrastructure. Ainsi, si le client souhaite opter pour une plate-forme concurrente, il lui faut tout réécrire.

La consumérisation

Le cloud a aussi tendance à favoriser la consumérisation : il est simple, pour un utilisateur, de souscrire à tel ou tel service, sans d'ailleurs en référer à sa DSI, renforçant au passage un peu plus le shadow IT dans l'organisation. Pour Etienne Deneuve, "le principal problème du Shadow IT est sécuritaire".

Au départ, les budgets liés à ces services sont réduits pour ne pas dire insignifiants. Mais au fil du temps, ils enflent insidieusement et devraient faire se poser des questions comme la rentabilité de la chose ou les possibilités alternatives, peut-être moins chères et plus performantes. Côté DSI, il faut se demander comment sensibiliser les utilisateurs à ces dérives et comment les éviter. Car, on le voit, la disruption du cloud n'est pas uniquement technique mais aussi organisationnelle.

Quelles solutions ?

"Il faut utiliser au maximum les services des fournisseurs de cloud. Ce qui coûte cher, ce sont les services que l'on n'utilise pas. Il faut donc savoir où sont consommées les ressources pour optimiser leur utilisation", insiste Renaud de la Croix. "Sur le cloud, il faut adopter et non adapter. En adoptant, on réduit les délais et les coûts. Et il importe de donner de la valeur métier à la facture du cloud".

Pour James Karuttykaran, "les entreprises ont besoin d'outils de mesure". "Il faut comprendre comment l'application consomme les ressources du cloud, car ce qui coûte cher, ce sont les ressources inutilisées", rappelle Renaud de la Croix. Et Mathilde Saint-Pol Cousteix estime que "le dimensionnement de l'infrastructure est le reflet de l'entreprise de demain, pas de son état actuel. Elle peut anticiper de la croissance, mais pas nécessairement. Cette projection n'est pas simple à faire, car la grande question est l'échelle de temps".

Frédéric Atlan explique que "l'activité FinOps est utilisée depuis 5 où 6 ans chez Claranet, pour accompagner les clients. Mais elle n'a été formalisé que depuis deux ans. Nous avons commencé à identifier des personnes, essentiellement avec un profil ingénieur, pour la prendre en charge" – "Le FinOps est là pour expliquer le cloud a des financiers et à des managers", note James Karuttykaran. Il constitue une réponse, mais plutôt que celle d'un seul individu, pour Renaud de la Croix, "il est l'œuvre d'une équipe". Mathilde Saint-Pol Cousteix souligne "qu'il s'agit d'un processus d'entreprise" et que la question du vrai besoin d'hyperflexibilite est fondamentale. "Il y a souvent plus besoin d'agilité que de prédictibilité des coûts", affirme-t-elle.

Cependant et heureusement pour Dell-EMC, "il y a toujours des clients qui achètent des serveurs et du stockage. Il n'est pas possible de tout mettre dans le cloud". Et James Karuttykaran de constater que "aujourd'hui les start-up utilisent le cloud public et concurrencent les entreprises traditionnelles. Il faut donc que ces dernières s'adaptent si elles veulent rester dans la course". Autrement dit qu'elles aillent également vers le cloud public. "Les études montrent que le monde idéal est hybride", conclut-il.

Benoît Herr

 
RECHERCHE    
 
TRADUCTION
...
 
OUTILS    
Inscription Newsletter    
Deux éditions mensuelles gratuites
Inscription Annuaire    
L'annuaire des pros
Publicité    
20000 visiteurs par mois
 
ANNUAIRE  
E-LEARNING Lyon
Fitnet Manager
EXACT France
MISSLER SOFTWARE
CXP Group
SILOG
INCWO
VARIOPOSITIF
SYXPERIANE
VAISONET
VERYSWING
ATHENEO by Mismo
FITNET MANAGER
VERO Software
tout l'annuaire
 
TRIBUNE LIBRE
Le RGPD un an après : ce que l'on a appris
22/05/2019 Le 25 mai, les entreprises qui traitent les données personnelles des résidents de l'UE célèbreront le premier anniversaire de l'application du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Comment optimiser l'utilisation des données à travers une gestion intelligente de l'information ?
13/05/2019 En 2019, la quantité de toutes les données sur Terre est de 2,7 Zettabytes, ce qui équivaut à 200 milliards de films HD. Bien sûr, cet amas de données croit à une vitesse fulgurante et double tous les deux ans. À titre d ...
toutes les tribunes libres
 
 
FOCUS ENTREPRISE    
Salons Solutions
 
1er, 2 & 3 octobre 2019 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 2.2 EXPOSITION, CONFÉRENCES, ATELIERS ERP, CRM, BI, E-ACHATS, DEMATERIALISATION, ARCHIVAGE EN LIGNE, SDN/INFOTODOC, SERVEURS & APPLICATIONS Les prochains Salons Solutions vont regr ...
fiche complète de l'entreprise
 
 
erp-infos.com - copyright groupe solutions 2019 - tous droits réservés
Articles
Le RGPD un an après ...
Les apports de l'IA ...
Connaitre les possib...
L'analytique autonom...
Comment optimiser l'...
Nataïs va utiliser l...
Commerce connecté : ...
Dépêches
Inventy et delaware ...
Lancement de Docuwar...
La croissance organi...
Renaissance Numériqu...
Opentext prévoit de ...
delaware présente FA...
Unit4 lance des migr...
Communiqués de presse
Le Groupe Lapeyre ch...
HighCo dématérialise...
Ça bouge chez CalvaE...
Sans ERP : commandes...
Esker certifiée poin...
Hays passe à 2/3 de ...
Esker nommée dans le...
Evénements
Salons Solutions 201...
Web-Conférence / Dém...
28/11 Aix-en-P: 5 in...
WorkPLan au salon so...
Promotion vente lice...
Application mobile e...
Afterwork - Piloter ...
erp-infos.com
inscription newsletter
inscription annuaire
qui sommes-nous ?
contacts
publicité
tarifs & conditions
mentions légales
Les autres sites Infopro
E-learning-infos
ERP-infos
Intranet-infos
Eachats-infos
Phonethik