accueil favoris newsletter 
l'information professionnelle des progiciels de gestion intégrés
ACTUALITES RUBRIQUES INTERVIEWS NEWSLETTERS OUTILS INSCRIPTIONS A PROPOS
 
 
DEPECHES    
Bonitasoft lance de nouveaux outils de collaboration low code
11/12/2019 Destinés à l'automatisation des processus métiers, ces outils de la plateforme Bonita proposent des exemples prédéfinis ainsi qu'un déploiement en un clic pour les projets d'automatisation.
Le taux de conformité au RGPD reste faible
10/12/2019 Selon une nouvelle étude de Talend, plus de la moitié des entreprises sondées n'ont pas été en mesure de répondre aux demandes d'accès et de portabilité des données dans le délai d'un mois fixé par le règlement.
Comarch propose un showroom de type Innovation Space
10/12/2019 IoT, 5G, intelligence artificielle, réalité virtuelle... Comarch a inauguré, à son siège social en Pologne, un gigantesque showroom destiné à la présentation de ses solutions. S'étendant sur plus de 600 m², le ...
Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique
10/12/2019 Syntec Numérique avait vu juste sur la croissance du secteur en 2019 : +4,2 %. La croissance attendue en 2020 est de +4,0 %, le conseil et services, l'édition de logiciels et le conseil en technologies restant en croiss ...
L'adoption du cloud s'accélère, selon Veritas
02/12/2019 D'après Veritas, quatre fois plus de données que l'année dernière sont transférées vers les principaux cloud publics pour renforcer la sauvegarde et la reprise après incident à grande échelle.
Sanction de 500 000 euros pour démarchage téléphonique illégal pour Futura Internationale
01/12/2019 La formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction de 500 000 euros à l'encontre de la société Futura Internationale. Il lui est notamment reproché de ne pas avoir respecté les droits des personnes sollicitées da ...
2019 : un bon cru pour le salon Solutions RH de Lyon
26/11/2019 1 720 visiteurs professionnels et 2 332 auditeurs en cumulé aux conférences et ateliers exposants ont répondu présent les 18 et 19 novembre à la Cité Centre de Congrès de Lyon pour la 8ème édition Région Auver ...
toutes les dépêches
 
DU COTE DES UTILISATEURS    
Pimkie migre vers S/4HANA sur Azure
10/12/2019 Limitée en ressources, la DSI de Pimkie a opté pour un déploiement de l'ERP S/4HANA sur le cloud Microsoft Azure. Un combo gagnant pour ce projet mené à bien en un temps record : 7 mois seulement.
Porsche Informatik pilote son innovation logicielle
20/11/2019 Porsche Informatik, filiale de Porsche Holdings Group Salzburg, a déployé la plateforme de Software Intelligence de Dynatrace pour accélérer son innovation numérique et délivrer des expériences utilisateur d'exception.
tous les témoignages
 
COMMUNIQUES DE PRESSE    
Digitalisation des processus financiers : Manutan automatise la comptabilité fournisseur du groupe grâce à Esker
28/11/2019 Esker, éditeur mondial de solutions de digitalisation des processus administratifs et financiers basées sur l’Intelligence Artificielle, a été choisi par Manutan, leader européen du e-commerce BtoB, p ...
Algeco digitalise sa facturation clients à l’échelle européenne grâce à Esker
14/10/2019 Esker, un des principaux éditeurs mondiaux de solutions de dématérialisation des documents, a été choisi par Algeco, leader mondial de la construction modulaire, pour automatiser la gestion de ses fac ...
Services clients et Administration des Ventes : Quels axes d’optimisation de la performance ?
01/10/2019 Esker et Citwell, avec la participation de Praxis, présentent les résultats de la première étude sur la maturité des Services Clients / Administration des Ventes en France, réalisée auprès de plus de ...
tous les communiqués
 
 
Articles    
L'immobilisme n'est pas viable
 
25/11/2019 :: "Il faut soit croître, soit périr. Le statu quo n'est pas une option". C'est ce qu'avance Sebastian Grady, le président de Rimini Street. Plus la date fatidique de 2025, fin programmée du support de SAP ECC, approche, plus le prestataire de support américain se fait pressant et agressif. Rencontre.

Sebastian Grady affiche 27 ans d'expérience du secteur logiciel, notamment dans le service client, les ventes et le marketing, la maintenance. Il a été président et COO de Altus Corporation où, durant son mandat, l'entreprise a connu une croissance de 500 % sur six ans. Auparavant, il a été président et COO de Saba Software et avant cela encore vice-président et général manager chez Peoplesoft. Il a rejoint Rimini Street il y a neuf ans.

Pour expliquer pourquoi le statu quo n'est pas une option, Sebastian Grady développe la notion de "dette technique" (Technical Debt) et subséquemment de comment libérer des fonds pour financer l'innovation IT. Bon... s'agissant de Rimini Street, on a un peu une idée d'emblée. Mais écoutons le dirigeant : "la concurrence est si féroce que si l'on fait du sur place on se fait dépasser", déclare-t-il.

Démonstration

Selon une étude de Deloitte en 2019, portant sur des entreprises européennes et sur la manière dont les technologies numériques sont de nature à stratégiquement améliorer l'innovation, 88 % des répondants souhaitent augmenter leur budget consacré à l'innovation. Elles sont 92 % à considérer les nouvelles technologies comme un déclencheur de cette innovation. L'étude dépeint un "nouveau monde connecté" d'expériences clients forçant toutes les entreprises à se réinventer au travers de nouveaux modèles d'affaires, de l'amélioration de la valeur des offres on encore de l'engagement client. La question est "comment réaliser ces investissements dans le numérique avec le budget existant ?". "Typiquement, les DSI passent 90 % du budget IT dans le run et dans les améliorations de l'existant, ce qui ne laisse qu'un petit 10 % du budget pour la 'transformation', c'est-à-dire pour les investissements dans les nouvelles technologies et les innovations se traduisant par un avantage concurrentiel et de la croissance", estime Sebastian Grady. "Ce modèle de budget n'est plus viable. Les choses doivent changer".

Et la dette technique, dans tout ça ? "Au cours de me études, on m'a toujours dit que la dette technique résultait du 'mauvais code'. En fait, c'est un peu plus complexe que cela", raconte le dirigeant. Il prend l'exemple du tableau de Gartner du schéma 1 : "on y trouve des spécifications techniques comme la fiabilité, la sécurité ou l'efficacité de la performance sur l'axe vertical pour les quatre types de dettes techniques : 'planifié (Planned)', 'livré (Delivered)', 'découvert (Discovered)' et 'acquis (Acquired)' sur l'axe horizontal. Un exemple de dette technique livrée dans le domaine de l'efficacité de la performance serait que voua aviez prévu de supporter 2 000 utilisateurs concurrents sur 6 serveurs, mais qu'en cours de projet vous vous êtes rendu compte qu'il fallait en réalité 20 serveurs. C'est une dette technique de laquelle il est possible de s'accommoder. Dans le monde agile, où le code est sans cesse refactoré, la dette technique est observée à la loupe".


Schéma 1 (cliquez pour agrandir)

Dans le monde de l'ERP, SAP et Oracle en tête, "on parle là de logiciels qui ont 30 ou 40 ans d'âge, matures, dans lesquels l'innovation est très limitée dans les nouvelles versions. Mais les éditeurs poussent quand même toujours leurs clients à dépenser des millions dans la maintenance annuelle et dans les mises à jour, pour un ROI très faible. Voilà une dépense que l'on peut éviter ou tout du moins réduire drastiquement pour réallouer ces fonds à l'innovation". Et d'illustrer son propos par une analyse réalisée par la société Panaya, qui se spécialise dans les mises à jours de SAP (voir Première conférence utilisateur pour Panaya France). "Ils ont étudié l'utilisation des nouvelles fonctionnalités contenues dans le "SAP Enhancement Pack 6" et ont établi que ce code n'était en réalité que très peu utilisé. Le schéma 2 montre les programmes les plus exécutés le sont 13 % du temps. Ainsi, nous faisons ces mises à jour en pensant en tirer des bénéfices, mais le code n'est même pas exécuté ! Il faut quitter la roue de l'écureuil et cesser de dépenser des millions en mises à jours inutiles et injecter ce budget dans l'innovation", conclut Sebastian Grady.

Selon lui, les organisations devraient se focaliser sur les innovations qui "déplacent le curseur", c'est-à-dire celles qui sont de nature à augmenter le chiffre d'affaires, réduire les coûts et regagner des parts de marché. "Les mises à jour d'ERP massives ou les remplacements complets d'installations ne sont pas de nature à 'déplacer le curseur'. Laissez donc votre système ERP en place et agissez autour, à partir d'innovations issues des nouveaux leaders de l'industrie logicielle". Et voilà où la proposition de valeur de Rimini Street prend tout son sens, selon son président.


Schéma 2 (cliquez pour agrandir)

Pour étayer ses propos, à l'occasion du récent Gartner Symposium de Barcelone, Sebastian Grady était venu accompagné de deux de ses clients, Patrick Eymard, directeur des opérations de SI-nerGIE et Simon Lytton, senior director, produits et technologie, de BrandSafway, dont les témoignages ont bien entendu été dans son sens.

Rester pragmatique

Car bien que payant mieux ses ingénieurs support, Rimini Street reste bien moins cher que le support des éditeurs, tout en offrant une meilleure qualité de service (voir Externaliser le support de son ERP et Aller au-delà du support pour plus d'information à ce sujet). C'est du moins l'argumentaire commercial de l'entreprise, construit sur la base des coûts moyens de la maintenance facturée par les éditeurs en comparaison à celle payée par plus de 70 clients de Rimini Street. Sur cinq ans, un client "standard" payerait de l'ordre de deux millions de maintenance, à quoi il faut ajouter le coût des mises à jour majeures, ce qui double la mise, soit quatre millions, ou 800 000 euros par an sur cinq ans. En outre, la maintenance des spécifiques n'étant pas incluse dans le support de l'éditeur, il convient, selon Sebastian Grady, de rajouter 600 000 euros annuels. "Enfin, à chaque fois que Oracle ou SAP résout un problème, la solution est intégrée dans une nouvelle release ou dans un pack de support ou d'amélioration, ce qui engendre quelque 600 000 euros en tests de régression inutiles", assure le dirigeant.


Sebastian Grady, président de Rimini Street

Rimini Street préconise donc de tirer le maximum de son SI existant, en lui en confiant la maintenance plutôt qu'à l'éditeur. L'entreprise vient en outre de lancer de nouveaux services, allant au-delà du simple support logiciel et incluant les bases de données, le middleware (voir Rimini Street annonce la disponibilité d'Application Management Services (AMS) pour la base de données et les applications Oracle) et ne compte pas s'arrêter là.

Quant à S4/HANA et à l'arrêt de son support pas SAP en 2025, "S4/HANA sera sans doute au top un jour. Probablement dans cinq ans. Mais pas aujourd'hui. De plus, il n'est pas – ou pas encore – aussi riche fonctionnellement que ECC", estime Sebastian Grady. "Les entreprises doivent se tenir à une roadmap business, pas à une roadmap dictée par l'éditeur".

L'idée semble faire son chemin, même s'il est difficile d'obtenir des chiffres par pays de la part de Rimini Street. Côté clients, en France, outre le spécialiste des infrastructures informatiques SI-nerGIE, déjà cité, on peut mentionner le leader des géosciences CGG, Vinci Énergies ou encore le distributeur Schiever parmi les entreprises qui lui font confiance. Ajoutons-y par exemple le géant de la pharmacie allemand Merck, l'entreprise ferroviaire suédoise Green Cargo AB ou la multinationale d'ingénierie Smiths Group plc. Au total, ce sont plus de 2 000 entreprises de par le monde qui lui font confiance. Nul doute qu'ils pèseront dans la balance en 2025... et après.

Benoît Herr

 
RECHERCHE    
 
TRADUCTION
...
 
OUTILS    
Inscription Newsletter    
Deux éditions mensuelles gratuites
Inscription Annuaire    
L'annuaire des pros
Publicité    
20000 visiteurs par mois
 
ANNUAIRE  
CASTELIS
IRIUM SOFTWARE
TOPSOLID
APRODIX
E-LEARNING Lyon
Fitnet Manager
EXACT France
MISSLER SOFTWARE
CXP Group
SILOG
INCWO
VARIOPOSITIF
SYXPERIANE
VAISONET
tout l'annuaire
 
TRIBUNE LIBRE
Pourquoi utiliser des outils collaboratifs en entreprise
06/12/2019 La collaboration est devenue un enjeu majeur pour les entreprises, notamment depuis que les équipes sont de plus en plus nomades et décentralisées. En effet, les modes de travail ont considérablement changé, amenant les ...
Gestion de la donnée interne et ERP : une piste encore négligée
20/11/2019 Incontestablement, les données sont au centre des attentions des directions des systèmes d'information, qui commencent à entrevoir le potentiel inexploité dont elles disposent pour mener à bien leur mission en permettant ...
toutes les tribunes libres
 
 
FOCUS ENTREPRISE    
Salons Solutions
 
22, 23 & 24 septembre 2020 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 3 EXPOSITION, CONFÉRENCES, ATELIERS ERP, CRM, BI, E-ACHATS, DEMATERIALISATION, ARCHIVAGE EN LIGNE, SDN/INFOTODOC Les prochains Salons Solutions vont regrouper 5 pôles thématique ...
fiche complète de l'entreprise
 
 
erp-infos.com - copyright groupe solutions 2019 - tous droits réservés
Articles
Infor s'affirme dans...
Pimkie migre vers S/...
Pourquoi utiliser de...
L'expérience utilisa...
Vers l'Enterprise Bu...
La transformation nu...
Vers l'industrie 4.0...
Dépêches
Bonitasoft lance de ...
Le taux de conformit...
Comarch propose un s...
Bilan 2019 et perspe...
L'adoption du cloud ...
Sanction de 500 000 ...
2019 : un bon cru po...
Communiqués de presse
Digitalisation des p...
Algeco digitalise sa...
Services clients et ...
Esker présente sa te...
Maja FOSTER à la têt...
WORKPLAN, Gestion de...
Esker s’associe à B/...
Evénements
SIANE 2019...
Salons Solutions Par...
Salons Solutions 201...
Web-Conférence / Dém...
28/11 Aix-en-P: 5 in...
WorkPLan au salon so...
Promotion vente lice...
erp-infos.com
inscription newsletter
inscription annuaire
qui sommes-nous ?
contacts
publicité
tarifs & conditions
mentions légales
Les autres sites Infopro
E-learning-infos
ERP-infos
Intranet-infos
Eachats-infos
Phonethik